• Flyingcourseman (Membre clé d'or)

     promotion : Membre clé d'or F.T.S.

     

     

     

     

     

     

     

    Bravo Thierry flyingcourseman -

     

     

    Te voilà au sommet FTSien!

    Merci à toi pour tes participations multiples, ta fidélité sans faille et ton état d'esprit impeccable!

     

     

    Bravo.

     

    Mysterio FTS

     


     

  • Bonjour mes amis,

    Voilà, comme promis, la suite...

    Le contexte: on est fin novembre, ça fait deux mois que ma Zou est partie: je me débats comme je peux: un jour, n'en pouvant juste plus de ce silence, je crois pouvoir trouver de l'oxygène en prenant ma voiture pour aller à Lagos, la ville la plus proche: J'avais besoin de voir des gens, du mouvement, du bruit, juste me promener dans les rues...... Déjà le fait de rouler vers cette ville est étrange, comme une fuite... et arrivé sur place, je me rends compte que c'est la pire chose que j'ai pu faire...je repars après quelques heures sur place, la tête et le coeur explosés...à ce moment je ressens le besoin d'écrire ce que je viens de vivre, pour la première fois de ma vie l'appel des mots est plus fort que celui de la musique: Alors j'écris les mots ci-dessous, le résumé de cette journée maudite, où j'aurais mieux fait de rester couché et ne pas me réveiller...

    Puis, peu de temps après, début décembre, ce sont mes propres mots qui m'ont inspiré ces notes...

    Voilà, je vous livre tout ça, à vous mes amis, qui êtes les témoins si empathiques de ce qu'est devenue ma "vie"...

    LUMIÈRES

    Lumière grise, derrière des volets clos
    Lumière bleue qui s’éteint de mes rêves
    Infâme et inlassable bélier
    écrasant l’onirique rempart
    Entre la vie et ma réalité

    Lumière noire d’amertume du café
    Lumière pâles des pièces mal éclairées
    de l’immonde et terrifiant silence
    ressassant sans cesse ma sentence
    ne me laissant pas l’ombre d’une chance

    Lumière solaire d’un automne blafard
    Lumière de poussière sur des vitres sales
    Les arbres imperturbables défilent
    tout le long de l’illusion de ma fuite
    vers la lumière ersatz de la ville

    Lumière rayonnante des gens qui s’aiment
    Lumière des amoureux qui se promènent
    Mes yeux s’ennivrent de leur bonheur
    les larmes subliment ma douleur 
    d’avoir trop peu de temps été des leurs

    Lumière d’argent de mon pauvre Amour
    ma compagne sur la route du retour
    Lumière vermeil d’une robe d’union
    scintillante de nos désirs de Nous
    à jamais perdue : Cauchemar, toujours.

     

    Télécharger « LUMIÈRES.mp3 »

      EDIT: Bon, je me rends compte que je suis en train d'embêter plus qu'autre chose avec ce qui n'était qu'un partage d'un épisode très dur: qui plus est avec quelque chose que je vous avais promis, ces quatre musiques donc, résumant un peu mon état d'esprit à ce moment: Je ne fais pas une compétition de douleur, ce n'était pas la peine de me rappeler qu'il y a plus malheureux que moi, je le sais déjà: Et tout le malheur du monde ne saurait atténuer le mien...

    Donc, comme dit plus bas, je ne vous embêterai plus , promis: Mes musiques sont ce qu'elles sont: elles sont tristes parce que mon coeur est triste: je suis incapable de montrer de la gaieté si je n'en ressens pas: C'est ma sincérité, et il n'y a qu'ainsi que je puisse vivre.

    Pardon encore, et merci pour tous les messages merveilleux que vous m'avez adressés , qui m'ont tant aidé à me réveiller chaque jour.

    Au revoir.

    Thierry

     

     

     

     

     

     

     


    14 commentaires
  • Bonjour mes amis,

    Voilà, j'ai un peu moins la patate ce soir, et comme même en temps normal ce n'est pas du tout fameux...Alors je vais essayer de l'exorciser, je vais continuer mon "récit musical" de notre belle aventure à jamais perdue:

    Donc, le 28 septembre dernier, après deux mois de lutte perdue d'avance devant la puissance de l'offensive de cette saloperie, mon Amour, ma petite Zou bien-aimée, mon Hirondelle est partie... je passe sur ce que j'ai encaissé... du jour au lendemain, ce silence insoutenable, des envies...de violence, alternant avec du néant dévorant

    Un soir, une dizaine de jours après, je me suis regardé en train d'allumer mon ordi, cédant à une pulsion aussi soudaine que fugace: Et me voilà pianotant mon désespoir: quelques accords qui m'ont "répondu" quand je les ai posés: Et contre toute attente, de la musique est sortie de moi, des notes au travers desquelles je voulais  décrire le vide, la douleur du vide. Et ce que j'ai créé m'a dit que c'était exactement cela que je ressentais:

    Voilà, je partage cette musique avec vous: peut-être sera-t'elle moins lourde ainsi...

    Je l'ai appelée " Un Monde détruit", car c'est exactement ce qui venait de se passer...

    Je fais passer le tout dernier accord en majeur, comme une lueur de cet espoir auquel, contre l'évidence des faits, je continue de croire

    Télécharger « UN MONDE DÉTRUIT.mp3 »


    37 commentaires
  • Bonsoir mes chers amis

    Voilà, comme promis je vais continuer mon histoire, commencée avec " Les Hirondelles"...

    Peut-être vous rappelez-vous que j'évoquais dans ma présentation les grands sapins noirs qui constituent l'essentiel de la forêt majestueuse au milieu de laquelle se trouve le village des Ardennes, Bourseigne, où habitait ma petite Zou ? spectacle extrêmement impressionnant, un sous-bois très dense sous les frondaisons fermées, où la lumière du jour pénètre à peine: Juste magique.

    Nous venions d'apprendre la terrible nouvelle: A la suite de cette douleur persistante donc, nous étions restés aux urgences de l'hôpital jusqu'à 1 heure du matin, ou le diagnostic est tombé, littéralement comme un couperet:

    Un monde qui s'écroulait, une oppression que je ressentais comme une énorme épée qui me fouaillait les tripes, mais sans vraiment prendre la mesure de que nous venions d'apprendre: Et paradoxalement, mon Amour qui était déjà en mode combat...

     deux ou trois jours après, je ne me rappelle plus trop, ma Zou, en quelques mots écrits, à peine deux lignes, me décrivait cette beauté mystérieuse de ses grands sapins perdus, que même mon puissant Océan n'arrivait pas à lui faire oublier... Elle m'a alors demandé si je pouvais mettre en musique ce qu'elle ressentait: ce que j'ai fait avec d'autant plus de facilité que j'étais alors tout tourneboulé, et m'étais également relevé du choc, prêt à en découdre.

    Quand je la lui ai présentée, ce n'ont été que sanglots...ma pauvre Zou s'est retrouvée dans un état second, et m'a demandé de rallonger la fin, ce que j'ai fait: elle ne voulait juste pas que la musique s'arrête.

    Vous n'imaginerez jamais à quel point j'en ai été ému, retourné, et en même temps si fier d'avoir su saisir ce qu'elle ressentait....

    Voici, pour vous mes amis, cette composition, " Les Sapins Noirs" que je n'ai pas eu de difficultés particulière à mettre en oeuvre, car je ressentais dans ma chair ce que ressentait ma petite femme, ce mal du pays que l'adversité exacerbait...

    Les Sapins noirs

    Et si d'aventure vous souhaitez la télécharger:

    Télécharger « LES SAPINS NOIRS.mp3 »

     


    41 commentaires
  • Mes beaux amis,

    Je vais vous raconter une histoire: Celle de deux êtres qui, par le plus grand des hasards, s'étaient retrouvés, après que leur union se soit interrompue dans une vie antérieure: C'est ainsi que ma Zou voyait ce qui nous arrivait, et de fait, c'était comme si, après toutes ces années de vie entre parenthèse, notre rencontre était somme toute normale, évidente.

    Ma Zou avait acquis un chalet dans ses Ardennes bien-aimées, avec ses économies de toute une vie: Un vieux monsieur y avait habité, avant qu'il suive son épouse décédée quelque temps auparavant... Il avait appelé son chalet " l'Hirondelle". C'était dans un lieu empli de magie, dans une toute petite bourgade, Bourseigne, enchâssée au milieu d'un forêt majestueuse, immense, où les sapins noirs laissaient à peine passer la lumière, créant une ambiance emplie de mystère...

    Zou avait un lien particulier avec la forêt, avec les arbres: ce lieu ETAIT elle, et jamais elle n'aurait dû quitter cet endroit: Ses yeux brillaient, tout son être vibrait de son bonheur, de cette symbiose avec son environnement:

    C'était sans compter sans son "compagnon", qui l'a alors trahie, en la méprisant, en lui empêchant même de faire son studio pour la musique, alors qu'il le lui avait promis: Petit à petit, il l'a évincée, la minant jour après jour, allant jusqu'à lui interdire d'acheter un pot de confiture ou une peluche: seuls comptaient ses armes, dont il était féru, et ses bières...

    Puis je suis venu, comme je vous l'ai dit dans mon autre post, l'arracher à cet enfer, et c'est véritablement la mort dans l'âme que ma pauvre Zou m'a suivi: Littéralement arrachée, elle qui était profondément enracinée dans la fierté d'appartenir à ce pays, à cet environnement qu'elle avait toujours connu.

    Voilà pourquoi je l'appelais "mon hirondelle": parce que je voulais essayer de compenser le mal que lui faisait désormais ce mot, qui correspondait pour elle à un paradis perdu.

    C'est mon Océan qui a été le témoin de tout ce malheur: Elle me disait " ce n'est pas pour le Portugal que je suis venu, c'est pour être avec toi"

    Voilà, en très résumé, je viens de poser le contexte de ce qui suit:

    Vers le mois de mai donc ( nous ne savions pas encore qu'elle était si malade ) j'ai voulu lui offrir une musique composée sur l'inspiration des hirondelles que nous avons évidemment en grand nombre ici:

    Avez-vous déjà entendu chanter les hirondelles ? une espèce de pépiement très modulé qui se termine invariablement par une sorte de cliquetis en montant, toujours le même: J'ai essayé de "styliser" ce chant avec quelques notes.

    En fait, l'histoire que racontent les hirondelles ici est celle des saisons qui passent..qui n'auraient jamais dû s'arrêter ce 28 septembre.

    Pour finir, cette compo est aussi la dernière musique que mon Amour a emporté, la veille de son départ:

    Je lui avais amené un lecteur de CD: ce jour-là, elle n'a pas repris conscience, mais les infirmières m'avaient dit que l'audition était le dernier sens á disparaître, alors quand je lui ai mis le casque sur les oreilles, j’ai vu sa respiration si vacillante redevenir normale, le temps du morceau: Ça mes amis, je peux vous dire que je l'emporterai avec moi aussi...

    Je vous offre cette musique, c'est tout ce que je peux faire pour vous remercier, pour essayer de vivre encore et sceller l'éternité de ma Zou, qu'elle continue d'exister, à l'infini, au travers de ce partage qui m'est nécessaire.

    Je vous proposerai quatre autres musiques après celle-là, qui diront la suite de ce que nous avons vécu.

    Merci encore mes amis, tellement merci 

    Thierry

    Et pour ceux qui voudraient télécharger cette compo:

    Télécharger « LES HIRONDELLES (2).mp3 »

    Et...Thierry-Mysterio, j'ai fini par retrouver les boutons pour mettre la musique: C'était simplement que, du boulot, c'est impossible, le serveur de la boîte bridant un maximum de fonctionnalités d'Internet...alors que de chez moi, tout apparaît !

     

     

     


    44 commentaires
  • Bonsoir mes amis

    cela fait quelque temps que je n'étais pas venu: il y a quelques heures j'ai reçu un beau message de PaTheDog, qui, après tout ce temps, me demandait des nouvelles. Je lui ai demandé de vous saluer tous: puis je me suis dit qu'il fallait quand même que je fasse un effort.

    J'avais prévenu mon ami Mysterio que ma présence sur FTS, déjà assez erratique , allait devenir vraiment épisodique, et lui avait même demandé de clôturer mon compte: En effet, il m'arrivait une chose extraordinaire: Une résurrection sous la forme d'une merveilleuse artiste, connue sur Easyzic, et avec qui s'est avérée une empathie suffisamment exceptionnelle pour notre vie respective s'en trouve complètement transformée: Une résurrection mutuelle, et le mot n'est pas usurpé: nous avions compris, sans même nous être jamais vus, que NOUS, était la conséquence logique et inévitable de notre existence jusque là entre parenthèses: En janvier dernier, j'ai été la chercher chez elle en Belgique avec un camion de déménagement, l'arracher aux griffes de son "compagnon", amateur de bière et d'armes... Nous avons alors déménagé ses affaires, de nuit, par -7º jusqu'à 11 heures du soir: et je l'ai emmenée avec moi, ici, près de mon Océan: des projets plein la tête, quelque chose que nous n'avions jamais connu, ni elle ni moi: une symbiose totale:

    Jusqu'en juin, où , à la suite de douleurs persistantes dont mon pauvre Amour se plaignait, il lui a été diagnostiqué un hépato-carcinome énorme, d'une rare violence...le choc passé, nous avons lutté pied à pied durant deux mois, mais la blitzkrieg menée par cette saloperie était trop violente , et surtout trop sournoise: quand le diagnostic a été établi, il était déjà trop tard: tout le lobe droit nécrosé, une multitude de métastases dans le lobe gauche, 9 métastases dans les poumons et quatre dans les os : le tout venant d'une tumeur initiale déclarée au duodénum...

    ...et le 28 septembre, ma vie s'est écroulée. elle venait de faire 50 ans: j'en ai 62 et je peux vous jurer que j'aurais donné ma vie avec le sourire pour sauver la sienne.

    Depuis, je survis, dans cette maison que nous venions d'acheter, qui devait être notre nid, et qui résonne maintenant d'un silence assourdissant.

    J'ai perdu le sommeil depuis plus de trois mois, ce que j'ai payé avec une syncope le 24 décembre: et ce n'est probablement pas fini: Je suis devenu incapable de me concentrer plus de dix minutes sur quelque chose, même ce que j'aime faire le plus au monde, comme composer.

    Même ainsi, quelques notes sont sorties de mes doigts engourdis. mais ce n'est que douleur qu'elles expriment. je vous en ferai part.

    Voilà, je ne vous embête plus avec mes histoires, mais au moins que vous sachiez que la raison pour laquelle j'avais un peu délaissé la virtualité d'internet en général, et de FTS en particulier, était vraiment belle, avant de devenir terrible:

    J'ai à coeur de partager avec vous la lumière que nous avions créée, à jamais perdue.

    Mon Hirondelle est partie

    merci mes amis, et pardonnez-moi encore de vous embêter avec mes histoires.

    Thierry

    PS Merci PaTheDog, du fond du cœur.

     

    In memoriam...à l'hirondelle qui s'en est allée...


    29 commentaires
  • Aïe...fausse manœuvre dans l'envoi de ce titre, je recommence !

    Bonjour à tous,

    je vous demande de m'excuser pour ma quasi -absence du blog: En effet, comme prévu de profonds changements sont intervenus dans ma vie, et cette transition est appelée à durer encore quelques mois: le moteur de cette transition, c'est Zou, qui est devenue ma compagne depuis maintenant 2 mois et demi, et qui est venu de Belgique me rejoindre ici, près de mon Océan -

    Cette compo, c'est ce que je ressens de cette transition, parce que j'arrive souvent à dire avec des notes ce que je n'arrive pas à dire avec des mots!

    Alors, je vous offre donc ce petit moment musical, en espérant qu'il vous parle et vous plaise !

    Voici également le texte de présentation de cette musique:

    "

    Voilà, ce que je vous présente en ce début d’année , c’est bien plus que ma nouvelle compo : c’est une fin, et un commencement : Ce que cette musique ne raconte pas, c’est une époque où la vie de deux personnes, à des milliers de kms l’une de l’autre était juste comme une parenthèse, un mauvais scénario où tous les ingrédients pouvant faire de cette vie un enfer étaient réunis : abandon, trahisons, intérêt, exploitation, folie…rien ne leur a été épargné, et de fait cette vie ressemblait plus à une survie qu’autre chose…
    Tant de temps, si longtemps, trop longtemps….
    Et un jour ces deux personnes se rencontrèrent, via un site internet qui s’appelle Easyzic, ou une multitude de gens partageaient une passion commune pour la musique.
    Cette passion a d’abord été un havre de paix, où elles pouvaient s’évader de leur condition, l’espace de quelques notes…
    Puis une véritable symbiose s’est révélée entre elles , au travers des échanges que leur passion de la musique créait, au détour de cet improbable… Chemin de Traverse !
    Le temps a passé, et ce chemin de traverse s’est avéré être un chemin de … Délivrance !
    Voici donc ma compo « Délivrance », que je dédie corps et âme à Zou, qui partage dorénavant ma vie ici, près de mon Océan si puissant, définitivement à l’abri de tout ce qui lui a fait tant de mal.
    Et mon Océan sera le témoin de notre renaissance mutuelle , de notre découverte de ce que peuvent s’apporter deux êtres qui s’aiment, et qui nous avait été jusque là interdit.
    Bon écoute !
    Thierry

    "

    Je vous souhaite une bonne écoute, et vous demande d'avance de m'excuser encore si je ne reviens pas tout de suite.

    Pour info, je n'ai pas encore mon home studio d'installé, et ne pense pas pouvoir l'installer avant quelques mois!

    Je devrais donc patienter avant de pouvoir reprendre mes compos -  De plus, ben...j'ai un boulot de dingue !

    Merci encore à vous tous, et à très bientôt donc !

    Thierry

    Le MP3 : Télécharger « Ma nouvelle compo _ Délivrance_ - Fred Tyros Studio.mp3 »

    PS: N’ayant pas le fichier WAVE dispo ici, ce que vous écoutez est ...un MP3 converti en MP3, pour pouvoir « rentrer » dans les 10 Mo autorisés : Pour ceux qui seraient intéressés, je reviendrais éditer ce message en ajoutant un lien de téléchargement Dropbox d’une version WAVE, donc  en bien meilleure qualité !


    27 commentaires
  • Bonjour,

    Bon, je ne vous cache pas que ce qui vient de se passer , l'attaque misérable dont Fred a fait l'objet sur le topic des bannissements m'a passablement énervé: Fred a pris une décision que je ne peux que comprendre, même si je trouve qu'elle fait la part trop belle au sac à m.... qui a "signé" incognito....

    Alors Fred, quel que soit ta décision dans le futur, tu as mon plus profond respect, de la part d'un type qui ne fait le plus souvent que passer avec ses compos, mais qui sait reconnaître l'esprit de fraternité là où il se trouve:

    Alors je te dédie cette tite compo, "La Danse des Korrigans"

    Parce qu'il me plait d'imaginer ces petits diablotins menant une ronde infernale autour d'Incognito ligoté au milieu de la forêt, un soir de Lune, pendant que tous les membres d' FTS boiraient un coup à sa santé au son de cette musique !

    Garde le cap Fred, et quelle que soit ta décision future, merci !


    15 commentaires
  • Bonjour mes amis !

    Alors toujours dans l'optique de me faire pardonner ma présence erratique ici, je vous propose une autre petite compo, un peu antérieure à celle que je vous ai présentée dernièrement, "L'Océan et les Etoiles"

    C'est de sérénité qu'il s'agit: Cette sérénité-là, je n'imaginais plus pouvoir la ressentir un jour, avant de croiser par hasard ce chemin de traverse improbable, de m'y engager et de m'apercevoir qu'il menait tout droit à ce dont je rêvais depuis si longtemps, et que je croyais inaccessible à tout jamais...

    Espérant que ces quelques accords vous feront aussi voyager, je vous souhaite une bonne écoute, et vous remercie d'avance de vos éventuelles appréciations !

    Thierry

     le MP3:

    https://dl.dropboxusercontent.com/u/61430178/31-7%20S%C3%89R%C3%89NIT%C3%89.mp3


    38 commentaires
  • Télécharger « L'OC%C3%89AN%20ET%20LES%20%C3%89TOILES.mp3 »

    Bonjour A tous !

    Bon, j'ai dit tout à l'heure à Mysterio que j'essaierais de me faire pardonner mon absence sur ce beau site , en proposant à vos oreilles affûtées ma petite dernière, " L'Océan et les Étoiles"

    Pour ceux que ça intéresse, c'est donc une compo entièrement VST, 33 pistes, soit tout un orchestre symphonique plus un nouveau VST que j'ai eu la chance de gagner à un concours sur un autre site, que j'ai utilisé pour quelques sons un peu différents !

    Voici la présentation que j'en fait: 

    "“Je découvre les journées rythmées par les couchers de soleil ou les levers de lune, le temps suspendu, l’éternité de ces moments. Les étoiles, le ciel immense, la courbe de l’horizon, le monde sans fin, le murmure de l’océan, la compagnie des dauphins, le souffle des baleines. Tout est nouveau pour moi, tout a changé“

    C’est un extrait du livre de Florence Arthaud, “ Un Vent de Liberté “.
    Je me suis plu à imaginer cette parenthèse d’une nuit océane s’insérant dans une course effrénée et épique telle que celle que que la Petite Fiancée de l’Atlantique a gagnée en 1990 : 
    À l’époque j’en avais été très impressionné :
    Cette nuit océane sous les étoiles n’est pas seulement un hommage à Florence Arthaud : Elle est aussi le reflet d’un rêve devenant pour moi chaque jour plus réel….

     


    Bonne écoute, et merci d’avance de vos éventuels commentaires !

    Edit:

    Voilà, suite à la suggestion de Corinne je viens d'ajouter un lien pour télécharger cette compo en MP3: J'ai également envoyé, toujours sur sa suggestion, le morceau en Wave, qualité CD donc, directement à l'adresse mail du blog !

    A très bientôt

    Flyingcourseman

     

     


    29 commentaires
  • Bonjour à tous !

    J’ai reçu il y a quelque temps une petite vidéo perso, immortalisant un instant de bonheur : à un moment de cette vidéo, quelqu’un s’est mis à chantonner quelques notes qui lui passaient par la tête : trouvant cette petite mélodie très agréable, j’ai décidé de l’extraire de la vidéo et d’en faire le motif, le thème de cette petite compo !

    Ce thème apparaît au tout début de la compo, comme pour poser les éléments du décor...Ce que j’y raconte : L’impatience et le bonheur indicible de  retrouver  son “nid“ après une journée passée loin de l’être aimé, la douce chaleur du foyer, les sensations simples et si douces du partage et de la complicité, ce que cette vidéo m’a inspirée en fait....

    En espérant que vous apprécierez cet exercice !

    Bonne écoute !

    Thierry

    mp3

     

    Pour ceux que cela intéresse, cette compo a été faite en M.A.O, avec des VST, avec en gros les différents intruments d'un orchestre symphonique, répartis sur 23 pistes dans Cubase

     


    22 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique